Les actions de Nokia bondissent après l’abattage des activités à faible marge

[ad_1]

Le fabricant finlandais d’équipement de réseau de télécommunications Nokia a annoncé une hausse inattendue de son bénéfice sous-jacent au deuxième trimestre, en s’engageant dans des activités à faible marge, en particulier en Chine, faisant grimper ses actions de 13% au début des échanges.

Réduire les activités de services moins rentables et ne pas gagner de contrats de radio 5G sur le marché chinois acharné a aidé Nokia, où le nouveau PDG Pekka Lundmark prend la relève ce week-end, à améliorer ses perspectives de bénéfices pour 2020.

“Cela ne nous dérange pas d’échanger des revenus médiocres qui n’ont pas de marge de haute qualité pour de meilleurs revenus”, a déclaré le directeur général sortant Rajeev Suri à Reuters.

Nokia a déclaré que son bénéfice sous-jacent d’avril à juin était passé à 0,06 euro par action contre 0,05 euro il y a un an, battant le consensus de 0,03 euro dans un sondage Refinitiv.

Nokia, qui avait mis en garde contre un deuxième trimestre faible en raison du virus, a relevé ses prévisions de résultat opérationnel par action 2020 entre 0,20 et 0,30 euro, passant de 0,18 à 0,28 euro.

Le chiffre d’affaires trimestriel a chuté de 11% à 5,09 milliards d’euros, en dessous d’un chiffre consensuel de 5,28 milliards, selon les données de Refinitiv Eikon.

La majeure partie de la baisse était due aux effets sur l’économie du COVID-19, mais Suri a également cité une forte baisse en Chine basée sur une “approche prudente” sur ce marché et des mesures proactives pour réduire les activités de services à faible marge, bien qu’il n’a pas dit en quoi consistait ce dernier.

Nokia a abaissé ses perspectives quant à sa part de marché sur ses principaux marchés, mesurée par le chiffre d’affaires, pour sous-performer par rapport à ses prévisions précédentes de performances en ligne avec ses concurrents.

Le successeur de Suri, Lundmark, est toujours confronté à des décisions clés pour trouver un équilibre entre l’amélioration de la rentabilité et la défense de la part de marché de Nokia, ce qui en fait actuellement le numéro deux derrière le chinois Huawei, mais devant Ericsson en Suède, mesuré par les revenus.

“Alors que l’amélioration de la rentabilité à partir de niveaux extrêmement bas est clairement très encourageante, nous ne savons pas à quel point Nokia peut aller plus loin avec une telle amélioration lorsque les ventes sont soumises à une pression importante”, a déclaré Janardan Menon, analyste chez Liberum.

Ericsson avait signalé une augmentation des ventes du réseau 5G et des revenus logiciels il y a deux semaines.

Suri démissionne après plus d’une décennie à la tête de Nokia et Nokia Siemens Networks. Le changement de direction intervient alors que la turbulence prévaut sur les marchés européens des télécommunications, avec une pression croissante de la part de certains gouvernements pour que les opérateurs excluent ou limitent l’utilisation des équipements 5G de Huawei.

.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*